lundi 7 décembre 2015

Huit remarques post premier tour des Régionales

1) Le FN poursuit sa progression et s'installe. On mesurera après le 13 la force de son enracinement. Inutile de continuer à diaboliser ses dirigeants ou son " programme " : vote de protestation et vote d'adhésion sont désormais indissociables. Il faudrait plutôt s'interroger sur les raisons de ceux qui votent pour lui (15% des citoyens ayant le droit de vote);
2) Apparemment, on n'en prend pas le chemin : tous les commentaires des politiciens hier soir et ce matin stigmatisent la " mauvaise France " (pompon comme d'habitude à Cambadelis et assimilation répétée des terroristes et des extrémistes);
3) Les électeurs qui votent FN sont majoritairement des actifs (entre 25 et 64 ans), des peu diplômés et des pas riches (chômage, intérim, ou à leur compte) – en somme des membres de la lower middle class (classe moyenne inférieure), ceux sur qui pèsent précarité, taxes, impôts et " insécurité culturelle " (Bouvet). Au point que le pestiféré Guilluy a pu écrire en collaboration avec Serge Guérin dans Le Monde du 6/7 décembre un article " le vote senior ultime rempart à la vague populiste "… Il y a vingt ans on dénonçait le fascisme des retraités de la Côte d'azur...
4) La droite (Les Républicains) ne sait pas sur quel pied danser et croit, pour certains (Sarkozy) qu'il faut droitiser le programme, pour d'autres (Juppé) qu'il faut le recentrer. Ils sont tous aveugles comme des ravis de la crèche au fait que ce ne sont pas les ajustements de programme qui importent mais un changement de la manière de gouverner – fin de la caste, fin des régimes spéciaux et des cumuls, courage des décisions, efficacité de l'action (au lieu de faire des lois et d'empiler les règles). Effectivement, sous l'aspect mode de gouvernement, droite républicaine et socialistes sont strictement identiques : obsession de la communication, de l'image et de la parlote avec l'oeil sur la prochaine échéance électorale.
5) L'anguille Hollande effectue avec astuce la répétition de son scénario de 2017 : s'il arrive à tenir unie la gauche, il gagne le premier tour et vole l'élection au second tour. Car FN et Républicains sont ennemis jurés pour la raison indiquée en 4. Pour Hollande, ces régionales sont déjà gagnées. Il a voulu un FN très haut, il l'a. Il lui faudra garder Taubira, récupérer les écolos (Hulot tu viens?), distribuer des augmentations et des baisses d'impôt (" pacte de sécurité " prévalant sur pacte de stabilité et orthodoxie financière). Il a déjà endossé martialement l'habit militaire (" sur qui on peut taper ? ").
6) Magnifique perspective pour 2017 : un président " de gauche ", avec sa camarilla, à la tête d'une France de droite et d'extrême droite. En général la situation inverse a débouché sur des révolutions ou des coups d'Etat...
7) Heureusement, il y a l'imprévisible qui viendra de l'extérieur : attaques terroristes au couteau, avion qui tombe, ado kamikaze dans une école – ou bien pire : crise majeure au Maghreb avec l'équivalent de la Syrie, cette fois à notre porte.
8) Donc tout va bien dans le meilleur des mondes possible.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire