samedi 27 février 2016

Pour contribuer à la clarification sur religion et communauté politique

"L’anarchie en politique est un grand mal, parce qu’il est important au bonheur commun que la force publique se réunisse pour la protection du droit de chacun ; au contraire, l’anarchie dans la religion non seulement est indifférente, mais elle est même presque nécessaire au repos public. Il est difficile que deux sectes rivales subsistent sans causer de troubles, et presque
impossible que deux cents sectes en puissent causer jamais.
La tolérance absolue, la destruction de toute juridiction ecclésiastique, de toute influence du cierge sur les actes civils, sont les seuls moyens d’assurer la tranquillité.
D’ailleurs, il faut observer que le droit d’examiner ce qu’on doit croire, et de professer ce qu’on croit, est un droit naturel qu’aucune puissance ne peut limiter sans tyrannie, et que personne ne peut attaquer sans violer les premières lois de la conscience.
Tout homme de bonne foi, qui raisonnerait juste, ne pourrait proposer une loi d’intolérance, sans poser pour premier principe que la religion n’est et ne peut jamais être qu’un établissement politique. Aussi compte-t-on, parmi les fauteurs de l’intolérance, plus d’hypocrites encore que de fanatiques."

Note de Condorcet et Decroix au chapitre 130 "Progrès du luthéranisme" de l'Essai sur les mœurs et l'esprit des nations de Voltaire, édition de Kehl de 1785.
La dernière phrase semble avoir écrite tout exprès pour frère Tarek Ramadan.
Le troisième alinéa est destiné à tous les crétins communautaristes socialistes ou autre.
Vivent les Lumières radicales.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire