samedi 23 juillet 2016


Hollande ou la politique du chien crevé au fil de l'eau - mais le chien calcule encore.

La vigueur avec laquelle j'attaque la politique de Hollande et de son gouvernement n'a rien de passionnelle mais tient à un diagnostic net de la situation.

En premier lieu j'estime que la politique internationale de la France est inepte. Et ce n'est pas parce qu'elle le fut sous Sarkozy que c'est excusable. Je ne comprends franchement rien à notre engagement au Moyen-Orient. Qu'allons nous y faire et surtout que voulons-nous, qu'y cherchons-nous ? Idem en Afrique – mais si c'est pour maintenir les chasses gardées du Medef Afrique et de ses barbouzes... Hollande fanfaronne mais le manque de justifications de sa politique est abyssal. Je n'ose pas penser que dans son machiavélisme de chef de rayon il se dise que quelques attentats de plus régleront la question des primaires à droite comme à gauche et le confronteront donc à Sarkozy. Mais je commence à me demander pourquoi il multiplie les provocations.

En second lieu, je suis effaré de la légèreté et du manque de professionnalisme de l'action anti-terroriste. La protection de Charlie était ridicule. Et si le massacre du Bataclan était quasiment inévitable, celui de Nice était évitable Simplement on a baissé la garde après l'euro et les pantalonnades du maintien de l'ordre pendant les manifestations contre la loi Khomri ont désorienté et épuisé les forces de l'ordre. Les services de renseignement n'ont toujours pas été réorganisés. Quant aux mesures réglementaires et législatives pour faire face au terrorisme, elles ne sont pas prises - au nom de la bien-pensance socialiste. Il faut continuer à penser que les terroristes sont juste des forcenés. On a donc un état d'urgence sans mesures d'urgence. Ça consiste en gros à balader des militaires en treillis sur les trottoirs. Ce qui n'empêche pas de parler toute la journée de "guerre" avec et contre le terrorisme. Faudra-t-il que monsieur Cazeneuve attende le 500ème catafalque pour qu'on comprenne qu'il faut tout changer, à commencer par lui.

En troisième et dernier lieu, il est patent que Hollande n'agit que par électoralisme. Qui se souvient que dans la nuit du 13 au 14 novembre, lors de sa première déclaration post-bataclan, Hollande a affirmé que désormais le pacte de sécurité (on voit comment il l'a assuré!) se substituait désormais au pacte de stabilité? Qui? Et pourtant c'était tellement significatif: le médiocre opportuniste veillait au milieu de a tragédie. Quel meilleur prétexte trouver pour ouvrir aussitôt les vannes permettant d'acheter les voix? Ce à quoi on assiste depuis plus de six mois dans tous les domaines possibles et imaginables. Le pays est gouverné par un individu qui ne pense qu'à se faire reconduire, dût le pays s'effondrer.

Telles sont mes raisons. Je ne les développe pas car elles sont chaque jour ou presque corroborées par un (non)-acte ou une déclaration de fanfaron prudhommesque.

De toute manière qui peut imaginer qu'un homme qui n'est pas Président de la république mais "fonctionnaire à la cour des comptes en détachement pour exercer les fonctions de Président de la République" - pour garder ses droits à la retraite et son avancement – soit quelqu'un d'estimable et d'honorable?


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire