lundi 28 novembre 2016

Leçons de la primaire à droite en quelques lignes

1) Force et dynamisme de l'électorat, non seulement en volume de participation mais plus encore en résolution - avec l'amplification sans appel du score de Fillon et la volonté claire de rassemblement (les reports de voix vers Fillon sont forts partout, y compris chez ceux qui avaient voté....Juppé);
2) Demande très forte de renouvellement de la classe politique: après Sarkozy, exit Juppé. Le prochain sur la liste devrait être Hollande.
3) L'illusoire prééminence de Juppé s'est finalement dissipée: il n'était qu'un pis-aller pour ceux qui ne voulaient plus en aucun cas de Sarkozy
4) Il y a un très grand désir de droite après des décennies de socialo-chiraquisme, c'est-à-dire de demi-mesures catégorielles et corporatistes alors même que s'aggravent les fractures sociales, l'insécurité (culturelle et quotidienne) et que les problèmes structurels empirent (notamment l'effondrement de tout le système éducatif - à tous les niveaux, supérieur compris).
5) La gauche est explosée faute d'avoir su faire son aggiornamento rocardien. Hollande était certes réformiste mais trop couard, manipulateur, bureaucratico-technocratique pour avoir le courage de ses intentions.
6) Conséquence la plus importante pour tous: le FN se voit repoussé sur ses fondamentaux populistes-socialistes - et donc à gauche. Il sera de plus en plus difficile de distinguer paléo-communisme, mélenchonisme, bobo-gauchisme et frontisme.
C'est la bonne nouvelle de ce déplacement des positions.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire